Électeur(trice)s, Élections,...pour quels résultats?

Publié le par Jean LE DUFF

La Démocratie.... qu'est-ce que c'est au juste?

 

Nous sommes certainement une des nations qui, dans le monde contemporain, a une expérience de la démocratie les plus anciennes et parmi les plus diverses. En référence au terme grec antique "demokratia" ce nom est généralement défini comme désignant un système politique, une forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple.

Mais l'expérience accumulée par chacun(e) lui apprend que derrière la "paille" des mots il faut souvent, pour bien comprendre, regarder de plus près le "grain des choses", c'est à dire la réalité des pratiques. Faute de savoir "comment çà marche" on court le risque d'être fortement déçu par les résultats obtenus. Ceci explique certainement pourquoi, de plus en plus de citoyens sont complètement désabusés, au point de ne même plus prendre la peine de voter quand on les sollicite. Peut-on parler de "peuple souverain" quand la moitié des gens qui en font partie ne prennent pas la peine de donner leur point de vue.

En même temps il faut les comprendre, d'une manière générale ce qu'on appelle démocratie dans notre pays se borne à choisir entre plusieurs concurrents celui à qui on peut faire confiance à la fois pour son honnêteté, et pour ce qu'il propose de réaliser. Parfois un candidat peut être validé par une organisation politique ce qui peut être interprété comme une garantie supplémentaire. A l'expérience chacun(e) peut vérifier que le résultat obtenu est bien loin de ce qui était promis ou attendu.

Conclusion, la démocratie ne peut réellement être opérationnelle si l'électeur, celui qui se prononce, qui donne son avis n'exerce pas ses capacité critiques. Ne comprend ni les enjeux, ni les intérêts qui s'opposent. La démocratie ne peut fonctionner si on se contente de "croire" que le candidat qui vous sollicite est honnête, que ce qu'il nous promet est réalisable. Il n'y a de véritable démocratie que si les électeurs restent en alerte et demandent des comptes sans attendre les prochaines échéances électorales.

Regardons de plus près la question de l'emploi dans notre pays. Depuis 40 ans, tous les présidents de la république, tous les premiers ministres nous ont déclaré que c'était leur priorité. Depuis 40 ans la situation c'est continuellement dégradée. Ou bien tous ces super cracks de la politique sont des incapables, ou bien leur compréhension du monde dans lequel nous vivons est indigente, ou bien ils savent bien que çà ne marchera pas mais ils continuent à nous raconter des histoires.

La politique ne saurait être une question de croyance, elle n'est, et n'a jamais été, que ce qui résulte des conflits d'intérêts. Ce qui est important c'est de savoir pour quels intérêts dominants les intérêts des plus faibles et des plus démunis sont sacrifiés.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article