État des lieux(1)

Publié le par Jean LE DUFF

 
Prologue

 

Depuis 2012 je n'ai pratiquement rien écrit. Chacun pourra constater que dès les premiers mois du quinquennat de François Hollande l'échec était prévisible. Le 2 décembre 2016 il en a tiré les conclusions. Une sorte d'Austerlitz à l'envers. Je n'ai rien écris parce que l'accumulation des constats négatifs est démoralisant. L'anémie mentale ne permet pas de développer la dynamique citoyenne dont nous avons besoin pour sortir de l'ornière dans laquelle, plusieurs décennies de politique de soumission au système financier nous ont fourvoyé.

Une aube nouvelle poindra-t-elle en 2017 à la faveur des prochaines échéances électorales? Rien n'est moins sûr. La dégradation continue des conditions de vie du monde du Travail a plongé une masse croissante de nos concitoyens dans de grandes difficultés. C'est en partie de leur faute. Ils ont fait le choix de faire confiance à ceux qui les ont aguichés par des discours, sans essayer de comprendre ce qu'ils cherchaient à cacher derrière les mots, sans essayer de comprendre les logiques qu'ils allaient mettre en oeuvre.

Qui ne veut pas que la vie de tous s'améliore? Qui s'y oppose par tous les moyens? Peut-on discuter avec un adversaire hégémonique. A partir de quel rapport de force on peut espérer le contraindre à tenir compte des besoins es gens. Ne nous faisons pas d'illusion, il ne suffira pas de gagner les élections. Pour faire adopter par l'Assemblée Nationale les mesures nécessaires pour que les préoccupations des plus pauvres soient prise en considération, il faudra rester en état d'alerte. Les futurs députés auront besoin de la rue pour adopter les lois qui rendront notre société plus juste.

Publié dans politique, Débat citoyen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article